Retour au début

Movimento

Focus

L’eau, nouveau carburant?

L’industrie mise sur l’hydrogène. Des fabricants automobiles du monde entier se sont alliés pour promouvoir la propulsion à l’hydrogène à l’aide de fonds étatiques. En Suisse, Coop construit les premières stations-service à hydrogène. Comment le moteur fonctionne-t-il?

La propulsion à l’hydrogène est considérée comme trop onéreuse par de nombreuses personnes. Une alliance de fabricants automobiles estime au contraire qu’elle sera bientôt concurrentielle face à l’essence et au diesel. Daimler, BMW, le producteur de gaz Linde et dix autres entreprises se sont associées au sein de l’Hydrogen Council qui investit chaque année 1,4 milliard d’euros dans cette technique. Ce faisant, ils ambitionnent de contribuer à atteindre les objectifs climatiques approuvés en 2015 à Paris afin de limiter le réchauffement de la terre.

Selon Chung Mong-koo, chef de Hyundai: «De grands progrès ont été réalisés en matière de technologie de piles à combustible.» Il est confiant dans le fait que cette technique sera bientôt en mesure de concurrencer l’essence et le diesel. «L’hydrogène est l’une des meilleures réponse à la question du stockage d’énergie», estime en France le chef de Multis Total, Patrick Pouyanne.

Aujourd’hui, le gaz (H2) qui est notamment présent dans le pétrole, le gaz naturel et l’eau (H2O) n’est quasiment pas utilisé comme carburant à part entière, alors que cela serait possible: le processus de l’électrolyse permet d’isoler l’hydrogène de l’eau et de le stocker dans un réservoir de voiture comme vecteur d’énergie liquide. Les piles à combustible réunissent à nouveau l’eau et l’oxygène, libérant ainsi l’énergie nécessaire au déplacement d’une voiture électrique. Seule de la vapeur d’eau est émise dans l’environnement.

Comparativement aux batteries, l’hydrogène présente l’avantage de permettre une autonomie importante et des pleins désormais aussi rapides que pour l’essence et le diesel. En fait, l’hydrogène est un gaz volatile et réactif qui ne peut être stocké que sous haute pression ou refroidissement extrême, soit dans nos stations-service à hydrogène à 700 bars et moins 40 degrés Celsius.

Il n’est pas impossible que les piles à combustible soient mieux appropriées pour déplacer écologiquement des véhicules sur de longs trajets que la propulsion électrique courante. Les accumulateurs de courant dans les voitures ne suffisent actuellement que pour parcourir 400 à 500 kilomètres. À l’avenir peut-être, la propulsion à hydrogène offrira l’autonomie supplémentaire décisive pour les transports sur de longues distances avec de lourds camions.

Jusqu’ici dans le monde, seuls quelques milliers de véhicules emploient des piles à combustibles et il existe au total 213 stations-service. Coop, détaillant suisse, a ouvert la première station-service à hydrogène de Suisse. Il envisage de développer un réseau suisse de telles stations-service au cours des années à venir. Selon ses dires, il proposera l’hydrogène à un prix «comparable à celui des carburants actuels pour 100 kilomètres». L’hydrogène est produit par électrolyse à la centrale électrique IBAarau à Aarau. Cette fabrication se fait essentiellement lorsque la demande en électricité du réseau est faible. En plus de stations-service, Coop dispose d’un petit parc de véhicules à hydrogène. Il englobe un camion utilisé pour l’approvisionnement des supermarchés.