Retour au début

Movimento

© Bibliothèque nationale de France
Mix

Un litre d’essence pour 80 kilomètres: l’efficacité de l’époque

Cette moto des années 1920 ne pouvait pas faire mieux, mais plus longtemps. Et donc plus efficacement. Un seul litre d’essence permettait de couvrir un parcours de pas moins de 80 kilomètres.

Aujourd’hui, on ne parle plus que d’efficacité énergétique. De nouveaux concepts sont élaborés partout afin d’économiser de l’énergie et, lorsqu’on y parvient, le succès est dûment célébré.

Un regard en arrière permet de relativiser de tels succès. Pour les déplacements individuels motorisés, l’un des critères décisifs de la mesure de l’efficacité est le nombre de litres nécessaires pour couvrir un trajet donné.

En 1920, il y a donc près de 100 ans, une course de motos sur circuit d’un genre particulier fut organisée à Thiais, en France, et appelée le «Concours du litre d’essence». Il ne s’agissait pas d’honorer le pilote le plus rapide, mais celui qui roulait le plus loin possible avec seulement 1 litre de carburant dans le réservoir. On recherchait donc un mode de conduite et un véhicule économiques.


Un circuit très animé

Lors du départ, à 12 h 35, 40 concurrents ont mis les gaz tout en douceur. Mais il n’était pas question non plus de rouler trop lentement: la vitesse minimale fixée était de 30 kilomètres-heure.

Ont d’abord pris le départ des motos de différentes cylindrées conduites par les motards populaires de l’époque. Suivaient les engins équipés d’un véhicule latéral et dénommés cyclecars, entre moto et automobile, ainsi construits de 1912 à la fin des années 1920.

Le trajet tirait en longueur. A peine le dernier véhicule avait-il pris le départ que le premier réapparaissait. Tour après tour, les véhicules effectuaient leur circuit jusqu’à épuisement du carburant. L’endroit où le véhicule tombait en panne d’essence était consigné puis rapporté à la direction de la course.


La catégorie des 250 cm3 a une longueur d’avance

A 15 h 30, la course prit fin. Les officiels présentèrent le classement. Les véhicules les plus efficaces et les vainqueurs du spectacle appartenaient à la classe des motos 250 cm3. Deux conducteurs ont parcouru près de 80 kilomètres avec 1 litre d’essence, alors que le trajet le plus le plus long effectué par un cyclecar dépassait malgré tout 25 kilomètres, ce qui, extrapolé pour 100 kilomètres, représentait une consommation de 4 litres. Un jalon était posé pour les successeurs.