Retour au début

Movimento

Focus

Le parc automobile se met au vert

Rien de tel que les valeurs limites sur les émissions polluantes de C02 et la norme Euro 6 fixées par la loi, pour mettre la branche sous pression. Les constructeurs réagissent avec des modèles plus éco-efficients. A ce titre, il sera intéressant de jeter un coup d’œil au salon «Auto Car Show», qui se tiendra à Zurich du 29 octobre au 1er novembre prochains.

L’efficacité énergétique du trafic routier suisse est en constante augmentation. Selon les statistiques de l’Office fédéral des routes (OFROU), les émissions de CO2 par véhicule ont reculé de 14 % entre 2008 et 2014. Actuellement, une valeur moyenne de 142 grammes de dioxyde de carbone est produite par kilomètre et par voiture, contre 166 grammes il y a sept ans.

Andreas Burgener, directeur de l’Association des importateurs suisses d’automobiles, explique: «La contribution la plus importante à cette réussite vient de l’électrification et de la traction hybride, ainsi que du ‹downsizing›.» Ce terme désigne d’une part la réduction de la cylindrée du moteur tout en conservant l’amélioration de la puissance et de l’efficience et, d’autre part, la réduction du poids du véhicule. «Ce domaine précis recèle un énorme potentiel de développement, notamment grâce à de nouveaux matériaux», indique M. Burgener. Le downsizing permet déjà de réaliser des progrès considérables pour les moteurs à essence et diesel. «Alors que la consommation de carburant est en baisse, la puissance moyenne des moteurs à combustion modernes ne cesse d’augmenter.»

Euro 6: les émissions de particules fines disparaissent, non pas du paysage mais des routes

Le secteur est toujours sur la sellette, car les normes relatives aux gaz d’échappement sont de plus en plus strictes. Concernant les émissions de dioxyde de carbone, la législation prévoit l’abaissement de la valeur seuil à 130 grammes par kilomètre parcouru d’ici à fin 2015, pour atteindre 95 grammes à l’horizon de 2021. Depuis le 1er septembre 2015, avec sa norme Euro 6 relative aux émissions des véhicules particuliers et utilitaires légers, l’Union européenne impose un cahier des charges encore plus strict à tous les constructeurs automobiles. La nouveauté: même les véhicules neufs à essence sont soumis à une restriction du nombre des particules émises, ce qui était déjà le cas pour les moteurs diesel depuis 2011 avec Euro 5.

«Dans un avenir proche, la mise en œuvre de la norme Euro 6 permettra donc de faire disparaître les émissions de particules fines de la circulation routière», selon les termes d’Andreas Burgener. Au nom des 33 importateurs officiels de quelque 45 marques différentes, sous l’égide d’auto-suisse, il précise d’ailleurs que l’industrie automobile entend assumer cette responsabilité en toute conscience et se trouve déjà sur la bonne voie. «Tous les constructeurs ont bien fait leurs devoirs et la plupart d’entre eux proposent déjà des modèles qui correspondent parfaitement aux exigences plus strictes.»

L’efficacité énergétique en introspection à Zurich

C’est ce que confirme aussi Karl Bieri, président du congrès «Auto Zurich Car Show», qui se tiendra à Messe Zürich entre le 29 octobre et le 1er novembre prochains. Il semblerait qu’une onde de choc écologique se soit à nouveau propagée dans tout le secteur, ce qui devrait être manifeste à Zurich. «La majorité des importateurs et des distributeurs présenteront des véhicules aux performances exceptionnelles ainsi que des moteurs hybrides dans nos locaux d’exposition», précise-t-il. Toute la palette devrait y être représentée: moteurs «downsizing» pour modèles essence ou diesel, véhicules électriques ou propulsés au gaz naturel et hybrides plug-in.

Pionnier en la matière: Toyota, toujours et encore, avec son modèle hybride Prius. «Les autres constructeurs se sont presque tous alignés», selon K. Bieri, Fiat faisant désormais partie des marques dont la production est la plus durable, alors que «VW et BMW se distinguent par les performances de leurs moteurs». Quoi qu’il en soit, il devient presque impossible de trouver un véhicule «non efficient», quelle que soit la marque: «Même certaines voitures de sport sont désormais proposées en version hybride.»

Le marché réclame des systèmes de propulsion alternatifs

Une étude statistique récente d’auto-suisse démontre que le marché est capable d’absorber les innovations et de miser toujours plus sur des véhicules «propres». Entre janvier et mai 2015, pas moins de 5305 véhicules électriques ou hybrides ont été mis en circulation en Suisse. Si ce chiffre ne représente que 4,1 % des parts de marché, il correspond tout de même à 39 % d’augmentation par rapport à l’année précédente. Cela ne veut toutefois pas dire que plus d’efficacité ne coûte rien, comme le précise Andreas Burgener: «Pour l’instant, la majorité de ces innovations s’impose surtout dans le segment automobile haut de gamme.»

Texte: Robert Wildi